Vous êtes ici

Diables et spectres. Croyances et jeux littéraires

Type de publication: 
CAHIERS D’ÉTUDES GERMANIQUES
Numéro de la revue: 
62-63
Editeur ou personne(s) ayant réuni les études - hors ECHANGES: 
Françoise Knopper
Wolfgang Fink
Année: 
2 012

<div>
<div>
<div>
<p>Partant des r&eacute;ponses nouvelles que l&rsquo;Aufkl&auml;rung proposait aux questions ultimes et &eacute;ternelles que sont l&rsquo;existence de Dieu, l&rsquo;origine du mal, la place et la responsabilit&eacute; de l&rsquo;homme, les num&eacute;ros 62 et 63 des Cahiers d&rsquo;Etudes Germaniques retracent les &eacute;tapes ayant jalonn&eacute; le combat contre la d&eacute;monologie et contre la peur des revenants, combat men&eacute; au nom de la raison d&egrave;s le d&eacute;but du XVIIIe si&egrave;cle par des philosophes comme Thomasius mais aussi par une multitude de savants moins prestigieux. L&rsquo;historisation des proc&egrave;s de sorcellerie au tournant des XVIIIe et XIXe si&egrave;cles constitue en outre la matrice &eacute;pist&eacute;mologique rendant possible le jeu litt&eacute;raire moderne s&rsquo;amusant des diables et des spectres. Ce renversement est &agrave; double tranchant puisqu&rsquo;il induit aussi l&rsquo;interrogation sur la responsabilit&eacute; voire la culpabilit&eacute; de l&rsquo;homme moderne face au mal appr&eacute;hend&eacute; d&eacute;sormais de fa&ccedil;on s&eacute;cularis&eacute;e.</p>

<p>La lente transformation de l&rsquo;imaginaire culturel en mati&egrave;re de diables et spectres n&rsquo;a donc pas &eacute;t&eacute; envisag&eacute;e ici comme l&rsquo;histoire d&rsquo;un simple &laquo;&nbsp;motif&nbsp;&raquo; ou &laquo;&nbsp;th&egrave;me&nbsp;&raquo; litt&eacute;raire dont il conviendrait de retracer les changements au gr&eacute; des mutations sociales. Elle s&rsquo;articule en fait de fa&ccedil;on intermittente, souvent contradictoire, en trois axes. La conception magique du monde ne disparut pas avec la diffusion du christianisme mais perdura au moins jusqu&rsquo;au XVIIe si&egrave;cle. L&rsquo;existence des diables et des spectres fit l&rsquo;objet d&rsquo;&acirc;pres d&eacute;bats pendant pr&egrave;s de cinquante ans &ndash; tout particuli&egrave;rement dans les ann&eacute;es 1760-1780 qui marquent une c&eacute;sure sur le plan th&eacute;orique. Et elle continua, par le truchement de la production litt&eacute;raire, &agrave; alimenter l&rsquo;imaginaire culturel jusqu&rsquo;&agrave; la fin de la R&eacute;publique de Weimar. Les articles r&eacute;unis ici commentent des manifestations de cette rationalisation croissante et discontinue &agrave; la fois et soulignent la part que les jeux litt&eacute;raires ont pu avoir dans cette prise de conscience.</p>

<p>Cette publication est issue du programme de formation-recherche <a class="spip_out" href="http://www.ciera.fr/ciera/spip.php?rubrique216">La dichotomie entre savoirs des &eacute;lites et cultures populaires dans les pays de langue allemande (1740-1795)</a>.</p>
</div>
</div>
</div>

Editeur: 
Publication des Universités d’Aix-Marseille, Montpellier 3, Lyon 2 et Toulouse 2
Codification AERES: 
ACL

Site créé par Amélie Rimbaud